Juin 2022

Commentaire sur le marché des cadres du groupe Vine

La Banque du Canada a annoncé une augmentation du taux de financement à un jour de 0,50 % le 1er juin 2022, portant le taux de financement à un jour à 1,50 % dans une décision à laquelle la plupart des économistes s’attendaient largement. Cette annonce est la troisième hausse de taux pour 2022 et ramène le taux au jour le jour presque au niveau d’avant la pandémie, où il était de 1,75 % avant que la pandémie ne fasse tomber les taux à un plancher historique de 0,25 %.

Quelques points forts de l’annonce

  • L’inflation a été largement alimentée par la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie. L’inflation de l’IPC a atteint 6,8 % pour le mois d’avril, ce qui est bien supérieur à ses prévisions et « va probablement encore augmenter à court terme avant de commencer à diminuer ».
  • Près de 70 % des catégories de l’IPC affichent désormais une inflation supérieure à 3 %.
  • L’augmentation de l’inflation mondiale se produit alors que l’économie mondiale ralentit.
  • L’invasion de l’Ukraine par la Russie, les blocages liés au COVID en Chine et les perturbations continues de l’approvisionnement pèsent tous sur l’activité et stimulent l’inflation.
  • La guerre a accru l’incertitude, exerce une pression à la hausse sur les prix des produits énergétiques et agricoles et « assombrit les perspectives, en particulier en Europe ».
  • L’activité économique canadienne est forte avec une croissance du PIB au1er trimestre de 3,10% pour 2022.
  • Les offres d’emploi sont élevées, certaines entreprises faisant état de pénuries de main-d’œuvre « généralisées ».
  • Les dépenses de consommation restent robustes et la croissance au2ème trimestre devrait rester forte.

Ce que cela signifie pour les consommateurs

La hausse du taux au jour le jour aura un impact sur les prêts liés au taux préférentiel, qui, pour la plupart, passeront à 3,70 % (au lieu de 3,20 %). En général, les prêts hypothécaires à taux variable et les lignes de crédit HELOC (home equity lines of credit), les lignes de crédit seront tous affectés par une augmentation du taux préférentiel.

202206 Vine Group Executive Market Commentary - June 2022 - Vine Group - IMG01

Au-delà des gros titres

Il est important de prêter attention à toutes les données disponibles, car il est facile de se laisser emporter par les titres « appâts à clics ».

La plupart des médias se sont concentrés sur la baisse significative des transactions immobilières qui a eu lieu pendant la majeure partie de l’année 2022 et ont présenté des scénarios apocalyptiques d’une correction « significative » du marché immobilier, mais les données prouvent le contraire.

En moyenne, les transactions immobilières sont en baisse au Canada d’environ 26% avec les données de fin avril 2022. Cependant, la valeur des maisons est toujours en hausse de 7 % en moyenne au Canada, avec des marchés plus importants comme Toronto (15 %) et Vancouver (19 %) d’une année sur l’autre.

De nombreux clients acheteurs de maisons ont indiqué qu’ils attendaient de nouvelles augmentations de taux en prévision de la baisse de la valeur des maisons. Pourtant, de nombreux experts du secteur voient les maisons s’apprécier davantage d’ici la fin de 2022, une étude de Royal LePage prévoyant une croissance de 16,5 % pour la région du Grand Toronto, de 15 % pour Vancouver et de 7 % pour Regina.

Attendre pour trouver la maison parfaite pourrait finalement coûter plus cher, car la demande de logements est toujours forte dans tout le pays et les Canadiens bénéficient d’une épargne record de 8,1 % (par rapport à une moyenne de 3,50 % au cours de la dernière décennie), mais les récentes augmentations de taux ont certainement forcé les acheteurs à réévaluer leur budget et à attendre jusqu’à ce qu’ils estiment que le marché s’est stabilisé davantage.

202206 Vine Group Executive Market Commentary - June 2022 - Vine Group - IMG02

Stratégies à envisager dans un environnement où les taux augmentent

Un prêt hypothécaire traditionnel n’est peut-être pas la meilleure solution dans le contexte économique actuel, d’autant plus que les taux fixes et variables ont considérablement augmenté au cours des derniers mois. Voici quelques alternatives que nous avons présentées à nos clients :

  1. Envisagez une LDC (ligne de crédit sur valeur domiciliaire) pour la plupart, sinon la totalité, de vos besoins en matière de prêt :
    • Exemple : Pour un achat de 1 million de dollars, le prêt maximal est de 80 %, soit 800 000 dollars. Avec une MCVD, vous pouvez avoir jusqu’à 65 % du prix d’achat (650 000 $), la différence de 150 000 $ étant un prêt hypothécaire.
        • Dans cet exemple, votre paiement mensuel total serait de 2 950 $, alors qu’une hypothèque ordinaire sur un solde de 800 000 $ serait de 3 600 $.
        • Cette solution permet d’améliorer considérablement les flux de trésorerie, car les LDCVD exigent des paiements d’intérêts seulement, ce qui pourrait être très utile alors que nous continuons à voir les taux augmenter.
        • Les LDCVD sont également entièrement ouvertes, ce qui signifie que vous pouvez les bloquer à tout moment ou attendre que les taux soient plus favorables pour revoir toutes vos options de prêt.
        • Il faut garder à l’esprit que la solution HELOC ne requiert que le paiement des intérêts, de sorte qu’aucun capital réel n’est remboursé, mais cela pourrait être une solution à court terme très intéressante sur le marché actuel.

2. Prix fixe à court terme :

          • Les taux fixes moyens se rapprochant de 5 % et la Banque du Canada cherchant à maîtriser l’inflation, nous verrons probablement un environnement de taux plus élevés au cours des 18 à 24 prochains mois, jusqu’à ce que l’inflation soit maîtrisée et que les taux baissent.
          • Dans le but de fournir un paiement fixe et d’atténuer les futures augmentations de taux, une durée fixe de 1 à 2 ans est idéale pour résister à l’environnement actuel et vous mettre en position de revoir toutes les options au moment du renouvellement, idéalement dans un environnement de taux plus favorable.

Avec un taux d’inflation proche de 7 % au Canada et une certaine incertitude quant aux futures hausses de taux à l’horizon, on peut dire sans risque de se tromper que nous sommes en train de vivre des montagnes russes. La plupart des économistes prévoient des augmentations supplémentaires potentielles de 0,50 à 1,00 % d’ici 2023. La plupart de ces augmentations seront nécessaires pour ramener l’inflation dans la fourchette cible de la Banque du Canada, soit 2 à 3 %. Les clients devraient donc soumettre leurs budgets à des tests de résistance pour tenir compte de ces augmentations.

La bonne nouvelle est que le Canada est encore bien positionné par rapport à certains de nos pairs du G7 qui connaissent une inflation de 9 % (Royaume-Uni), 8,3 % (États-Unis) et 7,8 % (Allemagne).

Grâce au réseau de Vine Group, qui compte plus de 60 prêteurs dans tout le pays et propose des offres de prêt uniques, c’est le meilleur moment pour effectuer une révision annuelle de votre prêt hypothécaire ou pour vous prépositionner pour tout prêt futur.

VINE GROUP – ALLIANCE HYPOTHÉCAIRE

vinegroup.ca

SUR LIC. 10530 SK LIC. 316209

Retour haut de page